Marriages in Ethiopia

Authors

  • Zuzanna Augustyniak Department of African Languages and Cultures, University of Warsaw

Keywords:

marriage, Ethiopia

Abstract

Le mariage semble être un élément commun à tous les milieux culturels dans le monde. Cependant, dans chacun de ces milieux, le mariage est perçu différemment. On dit souvent que l’Éthiopie est – ou l’était au moins jusqu'à présent – un bastion du christianisme. On pourrait donc croire que l'institution du mariage dans ce pays ressemble à celles des autres pays chrétiens. Pourtant les mariages en Éthiopie ont un caractère  bien plus africain. On y  accepte des liaisons variées, pas toujours sanctionnées juridiquement (conformément avec la loi européenne) et pas toujours monogamiques.

Cet article parle des différents types de mariage pratiqués en Éthiopie depuis des siècles. Aussi bien les voyageurs du XIX-ème que les chercheurs du XX-ème siècles ont remarqué la diversité des liaisons et la facilité avec laquelle les Éthiopiens se marient et se divorcent. On a distingué six principaux types de liaisons et de nombreux types mineurs. De plus, chaque couche sociale préférait un seul type de liaison. Les mariages contractés par le clergé et l’aristocratie étaient différents de ceux contractés par la bourgeoisie  ou encore par les commerçants.

L’Ethiopie est un pays diversifié au niveau ethnique et la multiplicité culturelle fait que les coutumes liées au mariage sont très différentes. Les mariages chez les chrétiens d'Amhara n’ont rien à voir avec ceux des communautés musulmanes des Afars ou des Somaliens. Certains pratiquent ainsi «la taxe matrimoniale» tandis que d’autres doivent faire preuve de courage et de ruse pour gagner les faveurs des parents de l’élue de leur cœur. De nombreuses coutumes décrites dans l'article ne se pratiquent plus, alors que d'autres ont toujours lieu.

References

Bairu Tafla, Scholler H., 1976, “Ser’ata Mangest. An Early Ethiopian Constitution”, Verfassung und Recht in Übersee 9, 4, 487-500.

Bartnicki A., Mantel-Niećko J., 1987, Historia Etiopii, Wro-cław: Ossolineum.

Bińkowski A., 1971, Królestwo za Bramą Łez, Warszawa: Książka i Wiedza.

Bułatowicz A., 2000, Z wojskami Menelika II. Zapiski z po-dróży do Etiopii, Warszawa: Dialog.

Fitha Negest. Nibabuna tīrgwamēw, (1969/1970), Addis Abeba: s.n.

Huyn hr. L., Kalmer J., [1936], Abisynja. Ognisko niepokoju, Warszawa: Trzaska, Evert i Michalski.

Kluesza M., 2005, Cesarzowa Etiopii – Taitu Bytul. Życie i działalność na przełomie XIX i XX wieku, Warszawa: Trio.

Levine D.N., 1972, Wax and Gold. Tradition and Innovation in Ethiopian Culture, Chicago: Univeristy of Chicago Press.

Lvova E., 1997, “Forms of Marriage and the Status of Women in Ethiopia”,in: Katsuyoshi Fukui, Eisei Kurimoto and Masayoshi Shigeta (eds), Proceedings of the Thirtieth International Congress of Ethiopian Studies, Kyoto: Shokado Book Sellers, vol. III, 577-584.

Pankhurst R., 1990, A Social History of Ethiopia, Addis Aba-ba: Addis Ababa University.

Paulos Tzadua, 1966, Fytha nagest. The Law of the Kings, Addis Ababa: Faculty of Law, Haile Sellassie I University.

Szupejko M., 2004, „Dzieci ulicy – społeczna choroba miast afrykańskich”, Afryka, 19, 41-50.

Ullendorff E., 1960, The Ethiopians. An Introduction to Country and People, London: Oxford University Press.

Vanderbergh J., 1915, „Studien zur abessinischen Reichsordnung“, Zeitschrift für Assyriologie und verwandte Gebiete 30, 41-5.

Wrzesińska A., 1994, Afrykańska młodzież i jej dzisiejszy świat. Ze studiów nad przemianami społeczno-kulturowymi w Zairze, Warszawa: Wydawnictwa Uniwersytetu Warszawskiego.

Id., 2005, Mwana znaczy dziecko: z afrykańskich tradycji edu-kacyjnych, Warszawa: Dialog.

Downloads

Published

13.12.2009

How to Cite

Augustyniak, Z. (2009). Marriages in Ethiopia. Studies in African Languages and Cultures, (43), 99–113. Retrieved from https://salc.uw.edu.pl/index.php/SALC/article/view/49

Issue

Section

Articles