Le camfranglais comme exemple de parler jeune

Nataša Raschi

Abstract


Bien que le français soit la langue officielle de nombreux pays africains, on trouve, selon les régions et le contexte sociolinguistique, maintes spécificités qui divergent du standard de la France métropolitaine. C’est ce qui se passe au Cameroun, où les règles locales sont privilégiées pour déterminer une langue qui corresponde à la construction de l’identité du pays. En particulier, le camfranglais est un langage composite développé par les jeunes Camerounais afin de communiquer entre eux. Le présent article dessine le cadre historique de cette langue et en illustre les nombreuses propriétés lexicales, morphologiques et syntaxiques.

DOI: https://doi.org/10.32690/SALC53.3


Full Text:

PDF

References


Andriot-Saillant, C. (dir.). 2009. Paroles, langues et silences en héritage. Clermont-Ferrand:

Presses Universitaires Blaise Pascal.

Auzanneau, M. 2001. “Identités africaines: le rap comme lieu d’expression”. Cahiers

d’études africaines 163-164. 711-734.

Bertucci, M.-M. & D. Delas. 2004. Français des banlieues. Amiens: Encrage édition.

Bertucci, M.-M. 2011. “Du parler jeune au parler des cités. Émergence d’une forme contemporaine

de français populaire ?”. Ponts/Ponti 11. 13-25.

Blanc, M. 1997. “Mélange de codes”. Sociolinguistique. Concepts de base, éd. par

M.-L. Moreau. Sprimont: Mardaga. 207-210.

Boutin, B.A. & J. N’G. Kouadio. 2015. “Le nouchi c’est notre créole en quelque sorte, qui

est parlé par presque toute la Côte d’Ivoire”. Dynamique des français africains: entre

le culturel et le linguistique, éd. par P. Blumenthal. Berne: Peter Lang. 251-271.

De Féral, C. 1989. Pidgin-english du Cameroun. Paris: Peeters/SELAF.

De Féral, C. 2006. “Étudier le camfranglais: recueil de données et transcription”. Le français

en Afrique 21. 211-218.

Équipe IFA. 1983. Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique Noire.

Québec: AUPELF-ACCT.

Ebongue, A.E. & P. Fonkoua. 2010. “Le camfranglais ou les camfranglais ?”. Le français

en Afrique 25. 259-270.

Ebongue, A.E. 2017. “Véhicularité des langues camerounaises: mythe ou réalité ?”. Sociolinguistics

in African context, ed. by A.E. Ebongue, H. Hurst. Berlin: Springer. 53-71.

Feussi, V. 2007. “Le francanglais comme construction socio-identitaire du jeune francophone

au Cameroun”. Le français en Afrique 23. 33-50.

Feussi, V. 2011. “Migrance, langues et spatialisation urbaine à Douala – Cameroun”.

Cahiers internationaux de sociolinguistique 1. 11-31.

Fosso, F. 1999. “Le camfranglais: une praxeogénie complète et iconoclaste”. Le français

langue africaine. Enjeux et atouts pour la francophonie, éd. par M. Ze. Paris: Publisud.

Gauvin, L. 2004. La Fabrique de la langue. Paris: Seuil.

Harter, A.F. 2007. “Représentations autour d’un parler jeune: le camfranglais”. Le français

en Afrique 22. 253-266.

Ntsobé, A.-M. Biloa & G.E. Echu. 2008. Le camfranglais: quelle parlure? Berlin: Peter

Lang.

Nzesse, L. 2009. “Le français au Cameroun: d’une crise sociopolitique à la vitalité de la

langue française”. Le français en Afrique 24. 19-47.

Sol Amougou, M.-D. 2018. Minoration linguistique. Causes, conséquences et thérapies.

Paris: L’Harmattan.

Thiam, N. 1994. “La variation sociolinguistique du code mixte wolof-français à Dakar: une

première approche”. Langage et société 68. 11-34.

Tsofack, J.-B. 2006. “(Dé)nominations et constructions identitaires au Cameroun”. Cahiers

de sociolinguistique 11(1). 101-115.




EDITORIAL OFFICE Department of African Languages and Cultures, University of Warsaw, Faculty of Oriental Studies, Krakowskie Przedmieście 26/28, 00-927 Warszawa, Poland

PUBLISHER University of Warsaw Press, Nowy Świat 4, 00-497 Warszawa, Poland